Cure d'encre

Plains of Abraham (Noodler’s)

Éléments du test

  • Traits rapprochés + dilution au pinceau à réservoir d’eau : teste l’intensité de la couleur.
  • Nuages aux traits gras, normal, léger + dilution au pinceau à eau : teste les propriétés dans le cadre d’un dessin sommaire.
  • Traits gras, normal, léger + dilution au pinceau à eau : teste la solidité du trait selon la quantité d’encre appliquée.
  • Chromatographie : montre le cas échéant les couleurs sous-jacentes et le comportement sur un support mouillé (qui varie d’un échantillon à l’autre selon les quantités d’eau et d’encre utilisées et le type de papier).
  • Eau de Javel : montre la couleur qui résulte de l’application de javel ou la résistance de l’encre à cette substance.
  • Lavis : mélange d’une petite goutte d’encre et de deux grosses gouttes d’eau. Le tout appliqué avec un pinceau à eau.
  • Texte : montre la couleur pure et la variabilité du ton.
  • Dessin : montre avec plus de détail le comportement du l’encre réactivé avec un pinceau à eau.

Papiers utilisés

  • Canson XL Mix Media 160 g (98 lb)
  • Arches aquarelle, grain torchon 300 g (140 lb) 100 % coton
  • Rhodia, 80 g (21 lb)
  • Essuie-tout!

Démonstration

Comme le montre le test des traits rapprochés, Blue upon the Plains of Abraham (PoA) est une encre peu généreuse sur le plan de la couleur (dans le contexte de la réactivation).

Le trait de dessin, même très foncé, ne se laisse pas réactiver avec un pinceau à réservoir d’eau. Plains of Abraham n’est donc pas adapté à ce genre d’utilisation.

Plains of Abraham sur Canson XL Mix Media

L’application d’eau sur les lignes n’a presque pas d’effet sur l’encre. Il est donc possible de conserver une ligne même fine. Cette encre peut alors servir à tracer un dessin qui se laissera colorer à l’aquarelle ou autre médium à base d’eau. Le site de Noodler’s indique que cette encre est « bulletproof » (résiste à l’effacement ) et « eternal » (résiste aux outrages du temps). Ce que ces résultats confirment en partie.

La chromatographie de Plains of Abraham révèle un peu de rose. Lorsque déposée sur le papier mouillé, cette encre repousse instantanément le liquide (tout comme Émeraude de Chivor). Elle ne se mélange pas bien avec le liquide adjacent. Bien que la reproduction photographique sur le Web reste un peu hasardeuse, le support utilisé (ci-dessus Canson et ci-dessous Arches et papier essuie-tout) fait ressortir des tons un peu différents.

Selon diverses sources sur le Web, Plains of Abraham est une encre formulée pour le Canada et évoque la bataille des Plaines d’Abraham. Apparemment sa chromatographie qui laisse voir du bleu (les Français) et du rouge (les Britanniques) est un clin d’oeil aux belligérants.

Échantillon de l'encre Plains of Abraham
PoA sur Arches
Tache d'encre sur essui-tout
PoA sur papier essuie-tout

L’application (double et même triple) de javel reste presque sans effet. Rien n’apparaît sur papier Canson et on distingue à peine la fleur de lys « javellisée » sur papier Arches, même dans les zones qui ne sont que légèrement colorées.

Le texte est très lisible. Le ton varie peu mais la pointe Speedball A-5 utilisé sur papier Rhodia est très lisse et ne génère que peu de variation en général. Avec une pointe plus fine qui « gratte » un peu le papier ou avec du papier de moindre qualité, Plains of Abraham tend à migrer horizontalement dans les fibres.

Plains of Abraham sur Rhodia avec porte-plume Speedball A-5

Avec son comportement erratique quand on ajoute une goutte d’encre à une surface mouillée, et sa solidité à l’eau et à la javel, Plains of Abraham n’est pas adapté au dessin dans le contexte de chromatographie ou d’une réactivation de l’encre après que le tracé est sec.

Lavis de Plains of Abraham
Lavis une petite goutte d’encre et deux grosses gouttes d’eau

Le lavis de Plains of Abraham donne un beau bleu ciel avec une touche de rose, ce qui n’est pas désagréable. Sa résistance à l’eau pourrait ici être un atout si l’on utilise l’encre comme fond (mer ou ciel) et qu’on dessine par-dessus avec une encre délébile.

Avec sa couleur un peu éteinte et sa résistance à l’eau et à la javel, Plains of Abraham est une encre que j’hésiterais à garder dans ma collection. Dommage, car ayant passé une partie de ma vie à me balader sur les Plaines d’Abraham à Québec (Québec) j’aurais aimé que cette encre passe le test « artistique » au complet.

Bien que les Plaines d’Abraham évoquent pour moi plutôt le vert, j’aime bien l’idée d’une encre qui rappelle l’histoire canadienne en bleu (surtout) et rouge, et qui résiste à tout. Bon, finalement, je vais peut-être me laisser convaincre par patriotisme et m’en procurer une bouteille (je n’ai qu’un échantillon) pour encourager l’initiative de Nathan Tardiff de Noodler’s.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.